Mon 1er gun bois

Voici toutes les étapes, en image, de la réalisation de ma première arbalète de pêche sous marine artisanale. Ces étapes vous donneront je l'espère, l'envie de fabriquer la votre.


Chasse sous marine... Le plaisir du bois...

Ça fait longtemps que je bave devant les teaksea, GOM (Gun Off Marseille), Riffle et devant mes camarades "armuriers" et leurs créations bois... Nikos, Cédric, Gismo... Des arbalètes toutes plus belles les unes que les autres.

Enfin quelques jours de "repos"... avant de repartir dans la restauration de ma maison j’ai eu envie de bricoler loisir.
Je me suis donc lancé... voici donc mon premier gun bois avec la contribution notable de :

  • - Gismo (Fabien)
  • - Abyss (Laurent de Sport Med )

 

Et d’autres contributions sur les forums :

 

Tout d’abord, j’ai ressortie l’ipé de sa cachette.
En plein travaux il était au fond de mon cellier, derrière mes outils.
Ensuite l’Iroko fourni par Gismo.

Poncer, limer, défoncer, coller, huiler,... Quelques heures de travaille vous attendent si vous vous lancer dans cette aventure (une douzaine d'heure + temps de séchage).


PRENEZ VOTRE TEMPS !!!

Important... Se familiariser avec la défonceuse.

Sur les conseils avisés de Gismo, j’ai condamné une lame pour faire quelques essais. La défonceuse debout sur la tranche d’ipé est le meilleur moyen de réussir à coup sur une splendide catastrophe. N’hésitez pas, à l’aide de serre joints, à bloquer la lame de bois contre un madrier bien droit sur lequel le sabot de votre défonceuse pourra bien se poser. Le mot clé pour réussir un beau travail à la défonceuse c’est STABILITÉ !

  • - Stabilité de l’outil
  • - Stabilité de l’objet à travailler

Pour ceux qui comme moi découvrent avec joie l’utilisation d’une défonceuse, je vous recommande ces sites :

 


Réduire la lame d’Ipé

Réduire la lame centrale, ici en ipé, permet de dégager l’espace qui recevra la cassette. Cela vous évitera d’usiner après coup cette espace et évitera les risques d’accidents. Ce serai dommage de gâcher le boulot non ? Retrouver les côtes d’une cassette inox. Moi j’ai pris celles d’une Ermes (1,5 cm x 6 cm) que j’achèterai très prochainement auprès d’Abyss .

A l’aide du rabot électrique, réduire la lame d’ipé de 2cm à 1,5cm fut un jeu d’enfant. L’ipé est un bois très dur. Je déconseille le rabot à main.

Recouper la lame centrale (Ipé) à la longueur du fut désiré (soit plus court que les deux autre lames) et prévoyez une marge. J’ai coupé à 120 cm afin d’avoir de la marge pour faire au moins un 100 (voulu 100 à 110). J’ai bien fait car la tête réalisée est fine... Peut être trop fine. Je pourrais réduire le gun pour la refaire.

 

Le collage

JPG - 24.7 ko

Pour lameller coller j’ai utilisé une colle polyuréthane "4" pour environnement difficile et humide. La Pattex Bois 4 à cela de bien qu’on la trouve partout.
Gismo m’a inviter à débuter avec cette colle extrudante, plus facile à mettre en œuvre que l’epoxy et moins chère.


Erreur de collage à éviter

Gismo m’avait prévenu de ne pas laisser sécher à plat... Heureusement... J’avais donc fait attention. La colle étant extrudente.. Ça aurait été dommage de devoir casser la table ou le fût... ;o)

Quelques serres joint plus tard... L’iroko et l’ipé ne font plus qu’un. Ça m’a l’aire pas mal. J’enlève les grosse coulures de colle au cutteur. Un coup de rabot pour faire place nette.

Défonceuse - Erreur de défonçage à éviter

Ma premier erreur fut de prétende tenir cette engin à la force des bras, sur la tranche fine de l’ipé, guidé seulement par le guide de l’appareil. A ça glisse bien mais rien n’était vraiment droit.

Après j’ai tenté de fixer la défonceuse la fraise vers le haut. J’ai ainsi passé la lame sur la défonceuse (au lieu de l’inverse). C’était plus droit mais il y avait des dérapages.

Pour moi... Le meilleur moyen a été celui montré sur les photos... Fixer le fut à un support stable et large comme un madrier.

Pensez à mettre un masque pour travailler le bois... autrement vous allez voir des couleurs étranges dans vos kleenex...

Un autre erreur que j’ai faite... Je me suis reposé sur la roulette de ma mèche pour faire les angles du fût. La roulette n’était plus retenue au niveau des trous du sandows est la défonceuse est revenue vers la lame ipé en arrachant l’iroko. Résultats... des jours dessous que j’ai choisi de reproduire sur le dessus. Ca lui donne un côté totem indien.


La crosse

La crosse est taillée/sculptée dans un bloque d’iroko (scie sauteuse, lime à bois, et scie à métaux...). La partie délicate c’est quand on chanfreine la partie de la crosse qui va dans le fût. Je conseil la petite scie à métaux et beaucoup de patience.

Protéger le bois... Vernis ou huile ?

Pour protéger le bois, le rendre hydrofuge, j’ai choisi l’huile... Un mélange qui m’a été recommandé. Voici la recette

  • - 50% huile de lin
  • - 50% essence de térébenthine
  • - 2 cuillère à soupe de siccatif.

Plus facile à entretenir que le vernis, l’huile protège dans la masse et permet de réparer l’arbalète en cas de coup ou griffure.

De nombreuses couches seront nécessaires pour saturer votre arbalète mais le résultat est excellent (recommandé par plusieurs plongeurs/pêcheurs et par moi même).

Vous pourrez utiliser ce qui reste de ce mélange pour protéger le teak, l’ipé et les bois destinés à un usage extérieur... même pour les tomettes ou les mallons en terre cuite. Si comme on me l’a confirmé ça résiste à l’eau de mer... Je vous laisse le soin d’en tirer vos conclusions !

Bon cesse de bavardage et place aux photos.

01
02
02 - lames-ipe
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
01/66 
start stop bwd fwd